You are here

Religion

Les problèmes liés à la religion

Le Complot

Une gigantesque campagne médiatique, orchestrée par de nombreux journaux et chaines satellitaires, proches des milieux affairistes pourris, de ce monde, qui ont façonné Moubarek et Ben Ali et autres dictateurs de notre époque, cherche à transformer les dernières manifestations en Egypte en une deuxième révolution !

Al Qaeda entre en jeu

 

Ce qui se passe actuellement à Chaambi préoccupe énormément l'opinion publique nationale, traumatisée par les images, relayées par les médias, des jeunes soldats et agents de la garde nationale, mutilés par des mines antipersonnel, traitreusement plantées sur leur passage par des terroristes aux abois. Même si le nombre de ces derniers ne dépasse pas, selon plusieurs sources concordantes, les quelques dizaines, et bien qu'ils semblent sur la défensive, coupés de leurs bases et que leur arrestation est inéluctable, les appréhensions des

Un geste plein d'équivoques

Notre pays est, depuis les dernières élections du 23 octobre, dans le collimateur de la France officielle, qui n'a pas encore digéré, semble-t-il, la disparition, tout aussi tragique que subite, de ses anciens amis, emportés par une révolution qu'elle n'a pas vu venir. On se rappelle, tous, du coup de gueule de M. Valls, le ministre de l'intérieur, dénonçant le "fascisme islamiste" en Tunisie. On ne compte plus le nombre des émissions, articles et enquêtes, diffusés par les médias français, tout aussi tendancieux, à l'exemple du fameux reportage de France 2, sur les salafistes en Tunisie, diffusé en pleine période de réservation pour la saison touristique de cette année.

Une émission choquante

J'ai regardé l'émission de jeudi soir sur Ettounissia. Ce n'était pas en réalité un débat mais un réquisitoire haineux et revanchard contre la révolution et ses partisans. Rien n'a été laissé au hasard pour obtenir le plus d'impact possible et susciter chez le spectateur, et à son insu, un sentiment d'angoisse, de peur, de doute et de rejet pour tout le processus révolutionnaire, rendu responsable de la situation dans le pays; dont on a brossé, d'une façon bien exagérée, un tableau très alarmant.

Sondge de l'IRI : un fidèle instantané de la situation dans le pays

Notre pays est à la veille d'un round, décisif, entre la Troïka et le clan de Nida Tounes, le parti fondé par l'ancien premier ministre. Cette nouvelle formation politique rassemble, essentiellement, l'ancienne intelligentsia, qui, depuis l'indépendance, et grâce à la complicité de la dictature, occupait pratiquement tous les postes clés du pays. A deux reprises, le président du parti du mouvement islamique, Ennahdha, a écarté toute possibilité d'entente avec Nida Tounes. Le chef du gouvernement, a, de son coté, vivement critiqué, sur un ton dépité, mais sans le nommer, le président de ce parti, qui a fait preuve, selon lui, d'irresponsabilité et de mauvaise foi, en affirmant la fin de la légitimité du gouvernement, après le 23 octobre courant.

La politique de la peur

Certains de nos médias montrent, depuis quelques temps, un goût prononcé, morbide, pour le sordide, le malpropre, le crasseux et le dégoûtant. Ils raffolent des émissions et faits divers où l'on relate, avec force détails, des histoires de meurtres, de mutilation et de torture, des plus horribles. En plein écran, des images d'épouvante sont diffusées pendant des heures de grande écoute, où sont affichés, sans pixellisation, des cadavres démembrés, calcinés, des visages étouffés, bleutés, défigurés par la douleur, des corps déchiquetés, de vieillards et d'enfants.

La dérive religieuse

 

S'attaquer aux croyances, insulter les Dieux et les messagers, souiller, détruire les temples et les lieux de prière, constituent des actes de guerre, d'extrême gravité, vieux comme le monde, qui ont caractérisé des périodes particulièrement sombres, de fanatisme, d'intolérance et de conflits religieux, ayant jalonné l'histoire de toute l'humanité et qui ont toujours coïncidé avec des périodes de famine, d'épidémies et de grande misère.

Mes sincères condoléances au peuple américain

Mes sincères condoléances au peuple américain !
Il est clair que les assassins d'aujourd'hui, à Benghazi, ne sont ni des musulmans zélés, provoqués par un film blasphématoire, posté sur l'Internet, ni des ressortissants libyens soucieux de défendre les intérêts de leur pays, mais de vrais professionnels du crime qui ont agi dans le cadre d'un agenda précis qui a pour but essentiel de nuire aux bons rapports qui lient, désormais, nos pays du printemps arabe aux Etats-Unis, la première puissance mondiale. 

Le pays a besoin d'un homme de réconciliation nationale

L’ancien régime faisait une nette distinction entre sa clientèle, ses partisans, ses alliés et les autres, qui ne sont pas les siens, exclus, éloignés des centres de décision, parfois même dépossédés de leur biens, privés de leurs revenus, humiliés et réduits à la misère et à la pauvreté. 

La dictature a œuvré pour la scission, la division du pays. Elle a scindé la population en bons, de son coté, et mauvais, contre elle ou qui ne la soutenaient pas. Les sentiments de fraternité, de solidarité et d’affection, qui unissaient les tunisiens ont, rapidement, cédé la place au ressentiment, la colère et la rancune.

Une victoire pour la révolution

ll existe bien-sûr plusieurs lectures possibles des évènements selon les tendances politiques de chacun. Le président du parti du mouvement islamique a rappelé, et on ne peut le nier, que c'était la promesse de départ de son parti, – de ne pas exiger l’application de la charia –, bien avant les élections, et que sa dernière décision est bien conforme à son engagement électoral. Il est probable aussi que ses partenaires de la coalition, du centre gauche, n'auraient pas accepté que la charia soit mentionnée comme unique et principale source de législation dans le pays et que l’accord s’est fait sur ce point lors des premiers pourparlers entre les trois formations, avant même de discuter la composition du futur

Pages

Subscribe to RSS - Religion