Les nostalgiques de l'ancien régime

C’est en effet un message très clair que les manifestants du samedi ont adressé à tout le pays. Ils ont dit : « Nous sommes les nostalgiques de l’ancien régime, ses enfants gâtés, les interlocuteurs privilégiés de l’étranger et ses fidèles serviteurs et nous entendons le rester. Finie la récréation ! Nous serons bientôt de retour, grâce à nos amis et leurs services secrets. Nous avons trouvé notre homme, notre sauveur, qui saura écraser votre rébellion».
 

Salut le Journaliste !

Les journalistes tunisiens vivent, ces derniers jours, des moments intenses et décisifs. L’actualité, cette fois, les touche directement et concerne leur profession, son honneur, ses lois, son code de conduite et ses rapports avec le pouvoir. La presse écrite et électronique, les stations radio, les chaines de télévision, sont au coeur de la tourmente, objets de critiques, de plus en plus ouvertes, des nouveaux responsables et d’une partie importante de la population, favorable aux dirigeants actuels du pays.

Bonne Heureuse Année 2012

 

L’année 2011 fût un rendez-vous exceptionnel avec l’Histoire. Une année qui vaut toute une vie. Que de choses avons-nous apprises  sur nous-mêmes ! Jamais on n’a autant aimé notre pays ! Que de régions et villages avons-nous visités, pour la première fois, dans ses profondeurs ! Que d’amis, militants, hommes et femmes, braves et généreux tunisiens, avons-nous découverts, aimés et admirés ! Que d’énergie avons-nous dépensée dans des débats, des discussions, des disputes,  des réunions, des projets, des articles, pour défendre la révolution et ses partisans !

Tunisie. La coalition face aux manœuvres de ses adversaires

Nejib Tougourti

La révolution suit son chemin, bon gré, mal gré. Le camp de ses partisans a fêté son premier anniversaire et s’est félicité de sa bonne santé, voyant dans l’évolution de la situation politique actuelle une victoire sur l’injustice et un triomphe de la liberté. Ses ennemis, qui regroupent, dans leur noyau dur, un grand nombre des agents de l’ancien régime, sont inconsolables, encore sous le choc, endeuillés par la perte cruelle de leurs nombreux et illégitimes privilèges.

Pour les tunisiens, ce n’est pas encore le bout du tunnel !

L’euphorie et l’enthousiasme suscités par la journée historique d’ouverture des travaux de la Constituante, ont été de courte durée. Beaucoup de tunisiens qui ont suivi la transmission de la cérémonie, sur leur petit écran, ont été émerveillés par sa sobriété et sa spontanéité. Point de longues ovations, de discours fleuves, assommants, truffés de contrevérités et de mensonges. Aucun foulard mauve autour des cous, pas de portraits géants ni de larges banderoles.

Place aux jeunes !

Depuis déjà quelques temps je cherchais à m’acquérir un ordinateur. Je visitai, en premier, un revendeur que j’ai déjà repéré pour la qualité et la diversité de son offre. À l’intérieur de la boutique, une large gamme de portables était exposée. Deux jeunes filles, des étudiantes, probablement, scrutaient, à l’intérieur, les nouveaux produits, très intéressées par la marchandise. A mon approche, j’entendis l’une d’elle dire à son amie : « Allons-nous-en, maintenant ! Allons voir d’autres magasins, nous reviendrons plus tard !».

Des lueurs d'espoir à l'horizon !

Des lueurs d’espoir à l'horizon tunisien !

Faut-il ne voir dans le résultat des élections et le triomphe des islamistes qu’une conséquence malheureuse de la dégradation de la situation sociale et économique du pays, de la régression de la classe moyenne et de l’affaiblissement du rôle de l’intelligentsia et de l’élite, séculière ?

Vers un nouveau «modèle tunisien»?

Vers un nouveau «modèle tunisien»?

Les élections du 23 octobre ont abouti à une nouvelle réalité politique, inédite, dans l’histoire récente de la Tunisie. Le verdict, sans appel, rendu par les urnes, a marqué, d’une façon tragique, la disgrâce de la vieille élite, séculière et pro-occidentale, chassée, sans ménagement, par une, toute nouvelle, qui se réfère à la religion musulmane.

Les non indignés tunisiens jouent la carte du péril intégriste, à la veille des élections

Les grandes puissances et leurs médias et certaines parties tunisiennes, de connivence, celles qui ont aidé l'ancien régime, commencent, dès maintenant, et avant même de connaitre les résultats des élections, à nous imposer leur projet de la Tunisie de demain : Un pays sans visage, sans âme, sans souveraineté, sans valeurs morales, sans spiritualité, sans fierté, sans repères. Un pays bâtard, enfant de la rue, vulnérable et affaibli, à la merci des grands prédateurs de ce monde.

Pour une information moins élitiste en Tunisie

Nejib Tougourti écrit – Il ne peut y avoir de démocratie et de souveraineté populaire, réelles, sans une accessibilité parfaite, pour tous les citoyens, à l’information.


J’ai suivi, il y a quelques années, le travail d’une collègue qui, pour des besoins de comparaison avec le lot de ses malades, a étudié un échantillon de personnes normales, ne souffrant d’aucune gêne cognitive dans leur vie quotidienne. Son groupe témoin

Pages

Subscribe to La Libre Pensée  RSS