Aux urnes, Tunisiennes et Tunisiens

Nejib Tougourti écrit – N’écoutez-pas les oiseaux de mauvais augure et ne cédez pas aux fauteurs de troubles. Votez utile, votez massivement ! L’heure de la liberté a sonné.

A l’approche des élections, une ambiance de journées studieuses règne sur le pays. Quelques chahuteurs, mauvais élèves, essayent de perturber, sans y arriver, les dernières révisions des candidats aux élections du 23 octobre.

Ces jours de fête, je suis triste !

Jours de fête, jours de tristesse pour les blessés de la révolution tunisienne, abandonnés à leurs douleurs, et presque oubliés par la nation. Par Néjib Tougourti

Durant les premières heures de la révolution, encore sous l’ancien régime, pendant les sombres moments de la terreur, quand le tyran et ses sbires, pris de panique, ont donné l’ordre de tuer à vue, de tirer sur les manifestants, qui affrontaient, mains nues, avec une rare bravoure, une mort certaine, des meilleurs de nos hommes et femmes, sont tombés, lâchement atteints, par des balles fatales, traitresses.

Espoirs et appréhensions de la révolution libyenne

Il est encore trop tôt de juger la jeune révolution libyenne et ses chances de réussite. Beaucoup ont prédit une longue guerre fratricide. Il n’en fût rien et l’issue semble, pour le moment, heureuse. Par Néjib Tougourti


La victoire des rebelles libyens, qui ont réussi à venir à bout de l’une des plus vieilles dictatures arabes en ajoutant un troisième nom, à la liste des despotes déchus dans la région, aura, sans doute, des répercussions importantes sur les pays voisins, la Tunisie, l’Algérie et l’Egypte et tout le monde arabe. Cette victoire ne manquera pas, aussi, de renforcer les jeunes révolutions, encore en pleine tourmente, en Syrie et au Yémen et les mouvements de protestation, de moindre ampleur, au Maroc et en Algérie.

Tunisie. Manœuvres pré-électorales et désillusion de la population

Néjib Tougourti écrit - Désaffection des électeurs, effritement de l’autorité du gouvernement, manœuvres des partis… l’ambiance n’incite pas à l’enthousiasme, mais les Tunisiens n’ont pas droit à l’échec.


Le faible taux des inscriptions aux listes électorales a surpris beaucoup d’observateurs. Une véritable alerte, symptomatique d’un état de lassitude extrême de la population, qui a fait planer des doutes sur la poursuite du processus politique de transition démocratique, en cours, et la réalisation des objectifs de la révolution.

La Tunisie Profonde

Avez-vous remarqué, comme moi, qu'il existe des tunisiens, en or, pas forcément détenteurs de hauts diplômes ni universitaires, honnêtes et intègres, fins connaisseurs de leur pays, qui militent dans l'ombre et qui n'ont jamais lésiné sur aucun effort au service de la Tunisie ? Ceux-là sont notre espoir et non les politiques, les partis, les instances et le gouvernement provisoire !

Le facteur religion dans l'équation tunisienne

L’article 1 de la constitution de 1959, qui comporte deux affirmations : l’islam est la religion du pays et l’arabe est sa langue, a fait couler beaucoup d’encre, ces derniers temps.  Certains n’en veulent plus, étant contraire à leur projet d’un pays laïc, d’autres craignent qu’il ne soit incompatible avec leur exigence d’une séparation entre l’état et la religion.

Une révolution tunisienne en pleine vigueur

La révolution tunisienne résiste à l’assaut du gouvernement provisoire!

Un calme précaire s'est, enfin, rétabli, après les récents évènements que notre pays a connus et qui ont commencé par le sit-in manqué, version 3, de la Kasbah et ont culminé avec des actes de violence et de pillage dans certaines régions et la mort d’un enfant de 14 ans, tué par une balle perdue, à Sidi Bouzid.

Une Révolution en danger

Le conflit, idéologique et culturel entre séculiers et islamistes qui semble, ces derniers temps, s’accentuer dans notre pays et prendre de l’ampleur n'occupe, en réalité, qu'une place secondaire dans les préoccupations de la rue et ses interrogations concernant le futur du pays, à court et moyen terme, sa situation intérieure, sa culture, son économie, sa politique étrangère et son autonomie vis-à-vis des puissances locorégionales et internationales.

S.O.S université tunisienne

L’Université Tunisienne est toute jeune : Elle aurait, dans un mois, 53 ans, si on retient la date de son acte de naissance, en juillet, 1958, deux ans après l’indépendance. En réalité, il y ‘a bien eu, avant elle, dans notre pays, une autre université, millénaire et des universitaires : Des enseignants à la Grande Mosquée, la Zeitouna; des hommes de lettres et de religion dont

Une épreuve réussie pour les Tunisiens

La session principale du Baccalauréat  vient de s’achever. Les épreuves se sont  déroulées dans des conditions normales, au grand soulagement de tout le pays. Tous les candidats inscrits ont pu se présenter aux différents tests, à quelques très rares exceptions, et bénéficier d’excellentes conditions d’examen: une bonne organisation, un respect des horaires, une ambiance calme et rassurante, une confidentialité des sujets,

Pages

Subscribe to La Libre Pensée  RSS