You are here

Beaucoup de mauvaise foi !

 
Décidemment, notre chère opposition ne rate aucune occasion pour s'illustrer par des prises de position, des attitudes et des critiques, excessives, et même, parfois, superficielles et d'une grande médiocrité, qui relèvent de la politique politicienne, sinon, d'une mauvaise foi, manifeste. C'est bien dommage ! On espérait beaucoup plus d'une "élite" politique qui s'est faite le chantre de la modernité, de l'esprit cartésien, de la rigueur et qui a souvent traité ses adversaires avec beaucoup d’arrogance, les accusant, d’une façon, à peine voilée, d’ignorance et d'un manque d'expérience et de discernement !

Je ne discute pas le bien fondé de la décision prise par le gouvernement et le Président de la République, de renvoyer l’ambassadeur de la Syrie en Tunisie, et qui, à mon humble avis, me semble, sur le plan des principes, bien justifiée, courageuse et tout à fait digne de la Révolution Tunisienne. Je veux bien admettre, à la rigueur, que certains de nos hommes politiques, de l’opposition, trouvent à redire et à critiquer son timing et son opportunité. Mais je pense qu’il est vraiment dangereux d’en profiter pour faire l’éloge de la diplomatie tunisienne sous la dictature, alors qu’elle avait pour principaux traits, faut-il le rappeler, l’hypocrisie, le double langage, l’affairisme, les coups bas, les traitrises et les complots contre les causes de la liberté et de la démocratie, dans le monde arabe ! Et l’on ne craint pas le ridicule, en affirmant, aujourd’hui, avec aplomb, que notre diplomatie était celle de la pondération et de modération ! Encore une fois, on cherche à réhabiliter les pratiques du passé, susciter une nostalgie pour l’ancien régime et à nous resservir, réchauffés, ses leitmotivs et ses contrevérités. Notre opposition, malheureusement, semble se prêter à ce stratagème perfide et le soutenir, au risque de perdre toute sa crédibilité !