You are here

Ces grands qui se cachent derrière !

Bizarre ce procès d’intentions qu’on veut intenter à de jeunes internes et résidents. On fait tout pour provoquer leur courroux et les pousser vers la rue et la protestation. Il s’agit d’une tactique bien connue : les grands qui se cachent derrière les petits pour réaliser des objectifs inavoués ou inavouables et réaliser quelques profits.

La manœuvre est grossière et, bien sûr, inadmissible : redorer le blason et blanchir de tout soupçon certains anciens responsables et grands gourous de la médecine académique hospitalière, qui ont lamentablement failli à leur mission durant les vingt dernières années et qui désirent, maintenant, se racheter sur le dos des jeunes, en faisant de la surenchère nationaliste et en les accusant, implicitement, d’être à l’origine de la détérioration sanitaire dans les régions de l’intérieur. Même la télévision nationale s’est mise de la partie et a couvert, longuement, le mouvement de protestation, impliquant d’innocents malades et citoyens et les prenant à témoin, directement, à l’écran !

La pilule est, bien sûr, assez difficile à avaler pour tous les professionnels de la santé et même de simples citoyens, qui ne peuvent croire que les inégalités dans les prestations sanitaires entre les régions sont de la responsabilité de jeunes résidents, qui viennent à peine d’obtenir leur diplôme de spécialité. Personne, non plus, ne croit vraiment que le problème sera résolu, comme par enchantement, avec la loi, décrétée sous l’ancien régime, obligeant les jeunes spécialistes à accomplir une année de service national dans les régions défavorisées. Cette loi, on le sait, visait à donner à certains universitaires, proches de l’ancien pouvoir, un droit de regard et de tutelle sur la clientèle potentielle de certaines régions qu’ils craignaient de perdre si une infrastructure sanitaire valable et des médecins seniors spécialistes ont été recrutés, à plein temps, dans des structures hospitalières régionales.