You are here

Une situation pré-électorale des plus délétères

Certains de nos médias, hérités de la dictature, ne cessent, à l'approche du 26 octobre, le jour J du scrutin, de nous distiller des doses de plus en plus élevées de nouvelles alarmantes, concernant la situation économique et sécuritaire du pays, et de nous bombarder, avec une croissante intensité, de bulletins d'informations sordides, ignoblement mijotés pour faire peur, augmenter la tension dans le pays et jeter le trouble dans l'esprit des plus candides,

qui continuent à leur faire confiance, et à croire tout ce qu'ils rapportent. Ils mènent, avec beaucoup de rage et de détermination, une véritable guerre psychologique contre notre pays, destinée à saper le moral de la population, semer le trouble et le doute dans son esprit, et la pousser à renoncer à soutenir et défendre l'ensemble du processus politique et des changements provoqués par la Révolution. 

La situation actuelle est dangereuse. Le comportement de ces médias va bien au-delà de simples élucubrations de quelques journalistes nostalgiques du passé. Il relève, en réalité, et de toute évidence, de tout un stratagème, mis au point par l'ancien establishment, de connivence avec des parties étrangères, qui complète, renforce et amplifie, par le mensonge et la propagande, l'impact du terrorisme, et fournit à ce dernier une publicité vitale pour sa survie et la réalisation de ses vils objectifs. 
Le caractère très dangereux du contenu diffusé par ces médias n'est plus à démontrer. Il met en péril la sécurité du pays, sa paix sociale, sa stabilité politique et économique et le bon fonctionnement de ses nouvelles institutions. Des mesures urgentes et énergiques sont nécessaires pour mettre ces médias hors d'état de nuire, pendant qu'il en est encore temps. 

Ils ont réussi à créer, avec le terrorisme, une ambiance délétère, qui s'est encore accentuée avec la multiplication des actes d'abus de pouvoir, d'exactions, de violences, de torture et de fausses bavures contre les citoyens, menés, en toute impunité, par des agents de la fonction publique, d'une façon quasi quotidienne et à des degrés divers de gravité. Une menace sérieuse plane sur le bon déroulement des prochaines élections et leur régularité, tant que rien n'est encore fait pour mettre un terme à ces agissements, qui, visiblement, cherchent à défier l'autorité de l'Etat, altérer son image et créer une situation chaotique, hors de tout contrôle, qui servira de justification à une prise du pouvoir par la force et une interruption brutale et définitive du processus de transition démocratique et des changements survenus après la révolution.

Group content visibility: 
Use group defaults