You are here

L'espoir est permis

Gaza a infligé de lourdes pertes aux tueurs de Tsahal. Désormais ses incursions ne seront plus jamais une simple promenade, une virée entre copains pour casser de l'arabe. Israël a exacerbé l'opinion publique internationale qui n'accepte plus ses tueries sauvages contre des civils désarmés. Le monde découvre le vrai visage d'assassins de ses dirigeants. C'est le début de la fin pour une entité fondée sur une idéologie raciste, haineuse. 
Tristes jours pour ses alliés, du complexe militaire et industriel, américain, des multinationales, du monde des capitalistes et financiers véreux qui ont misé sur sa suprématie militaire, pour piller les richesses du monde arabe et de tout le Moyen-Orient. C'est la consternation chez ses complices européens, des partis pseudo-progressistes, qui l'ont soutenue, par opportunisme politique, parfois contre les intérêts de leur propre pays. Une grande perplexité et un vent de panique dans le camp des chefs arabes qui l'ont incitée à massacrer les enfants de Gaza et ses habitants, pour faire peur à leurs peuples, qu'ils n'arrivent plus à mater. 
L'ogre israélien ne fait plus peur. Chez nous, non plus, l'ogre du terrorisme, qu'il a enfanté sur nos terres, n'a pas réussi à semer la panique dans nos rangs. Malgré l'horreur de l'attaque contre nos braves soldats, malgré les tentatives des médias et les déclarations menaçantes, à la télévision, d'un dirigeant de l'opposition, qui nous a promis de nombreuses nouvelles attaques, encore plus meurtrières, et dans les villes. M. JOMAA, de son coté, a voulu profiter de l'attentat meurtrier pour faire gagner quelques points à la contrerévolution. Les décisions de sa cellule de crise, arbitraires et anticonstitutionnelles, ont suscité une indignation générale. Son gouvernement continue à patauger. Il est pire que ses deux prédécesseurs. Un autre mythe, celui des technocrates, des super doués, qui ont laissé leur boulot en Europe, pour secourir notre pays, vient de tomber.
Pour les tunisiens, pour le monde arabe, pour tous les peuples épris de liberté, l'espoir est désormais permis. Aucun terrorisme, d'Etat ou de criminels mercenaires, ne peut le tuer ni l'anéantir. C'est un pas décisif vers la victoire et la libération du joug de la tyrannie.

Group content visibility: 
Use group defaults