You are here

La Révolution à l'âge de raison

Les tunisiens, dans l'expectative de nouveaux développements d'une situation encore confuse, continuent à surveiller l'actualité avec patience et retenue. Beaucoup d'entre eux sont conscients que la phase de la rhétorique révolutionnaire est bien terminée. Les premières heures d'euphorie, quand tout semblait possible, sont, aujourd'hui, bien lointaines.

Il y a comme un retour sur terre, aux dures réalités politiques et économiques du pays. Les difficultés et les obstacles semblent insurmontables. Les dangers restent énormes. Les craintes et les appréhensions sont nombreuses, des déceptions aussi. L'hostilité de l'Occident et de nombreux pays de la région, est de plus en plus franche, ouverte. De l'intérieur, les forces réactionnaires continuent à résister. 
Mais la Tunisie profonde et sa nouvelle élite restent confiants. Ils ont célébré le troisième anniversaire de la Révolution sous le signe de l'espoir et de la détermination. Ils sont prêts à tous les sacrifices, à payer le prix de la liberté et de la dignité. Ils sont, plus que jamais, décidés à relever le défi, mener jusqu'au bout leur combat et triompher de leurs ennemis. Ils ont beaucoup appris de leurs adversaires, durant ces trois dernières années. Ils ont su déjouer leurs plans et mettre en échec leurs conspirations. Ils ont réussi à éviter leurs pièges et se prémunir contre les coups bas de leurs alliés, embusqués dans des chancelleries étrangères, bureaux d'étude et organisations internationales. Les rumeurs, les articles et commentaires perfides de la presse étrangère, les soi-disant analyses de certains experts douteux, n'arrivent plus à les déconcerter ou faire douter de la justesse de leur cause. Ils se sont libérés du complexe du guide, du sauveur, de l'élite qui décide, de l'étranger, de l'Occident. Ils se considèrent, désormais, comme des hommes libres, maîtres de leur destinée, une partie intégrante de la communauté internationale, jouissant des mêmes droits et ayant les mêmes devoirs que tous les citoyens du monde. 
Ils ont pu démasquer la contrerévolution, montrer sa vraie nature et discréditer ses médias. Des associations corporatistes et des bandes de malfrats et contrebandiers, essayent, cote à cote, d'arracher des droits et des privilèges illégitimes, au détriment du reste de la population. Elles multiplient les actes de vandalisme et de saccages, de sabotage et de débrayages sauvages dans les services publics. En vain, elles essayent de fléchir la volonté d'un peuple qui les a, unanimement et définitivement, rejetés.
Beaucoup de chemin reste à faire. Mais la Révolution est sur la bonne voie. Ses ennemis tombent les uns après les autres. Les plus puissants hésitent à lui barrer la route, se cachent, essayent de ruser, sans arriver à tromper sa vigilance. Tous les espoirs sont permis moyennant beaucoup de travail, de rigueur, de discipline, de sérieux, et une bonne dose de lucidité, de réalisme, de patience et de sang froid. Les tunisiens l'ont compris. Leur combat servira d'exemple à tous les prochains mouvements de libération populaire du 21e siècle qui ne manqueront pas de se déclencher et de balayer les dictatures et leur clientèle pourrie du capitalisme financier international.

Group content visibility: 
Use group defaults