You are here

Le Complot

Avec un superbe mépris pour la volonté populaire qui ne peut clairement s'exprimer que par la voie des urnes, et sans le moindre respect pour les institutions du pays, les comploteurs du Front du Salut, continuent à prendre en otage le processus de transition démocratique, cherchant à l'enrayer, par tous les moyens.

Leur plan qui doit s'écouler sur quelques semaines, prévoit, dans une première étape, d'entretenir et pérenniser le blocage politique actuel, jusqu'au pourrissement, dans une ambiance de menaces sécuritaires et économiques, régulièrement alimentée, grâce à des médias complices, par des rumeurs, des fuites et révélations, impossibles à vérifier, et des déclarations et publications, très alarmantes, échafaudant de terrifiants et catastrophiques scénarios pour l'avenir du pays. La deuxième étape devrait aboutir à l'abdication de la Troïka, qui sera obligée à abandonner les trois présidences et à les remettre à l'opposition, par l'interposition de l'UGTT, l'UTICA, la Ligue pour la Défense des  Droits de l'Homme, et le Conseil de l'Ordre des Avocats, qui forment le quartet actuel. Ce dernier, qui est loin d'être au dessus de tout soupçon, cherche à s'imposer comme une autorité suprême, au dessus des lois et institutions, qui juge et décide, toute seule, de l'intérêt du pays. La finalisation de la constitution, la loi électorale et la composition de l'Instance Supérieure Indépendante des Elections devraient rester, pour cette raison, de ses exclusives compétences !

Ajoutant au coté tragicomique, quasi burlesque de la situation, un cadre de Nidee Tounès, un étrange parti de l'opposition, dirigé comme une affaire de famille par son fondateur, Beji Caid Essebsi, vient, récemment, de proposer son patriarche au poste de Président de la République ! Le responsable politique a fait allusion, à la même occasion, à une troisième étape transitoire, qui fera suite aux deux premières, sans préciser sa durée et qui aura, sans doute, pour principal but de corriger les déviations de la deuxième période, jugée très négative, écoulée sous le règne de la Troïka !

Ce projet, effarant par sa naïveté, est à peine croyable. Il fait sourire les tunisiens, même les plus novices en politique. Les plus avertis ne sont, en réalité, qu'à moitié surpris par l'incurie, l'amateurisme l'infantilisme de l'opposition et de ses gurus du quartet. L'opposition qui vient de montrer des signes de grande faiblesse après l'échec retentissant de son sit-in au Bardo, destiné à faire partir le gouvernement, persiste et signe. Totalement coupée de la réalité, elle continue à agir comme si aucun changement ne s'était produit dans le pays, depuis la révolution et que la population est restée aussi crédule et docile, qu'elle l'était sous la dictature.  Aujourd'hui l'opposition est, malheureusement, en pleine déconfiture. Aucune partie de l'intérieur ou de l'extérieur n'est prête à parier sur elle. La Centrale Syndicale, elle même, qui mène l'épreuve de force actuelle contre la Troïka, est menacée de graves scissions. Très critiquée, elle a, déjà, perdu, en quelques mois près du tiers de ses adhérents.

Le Front du Salut vient d'appeler les citoyens à participer aux manifestations populaires prévues pour donner le coup de grâce à la Troïka et la pousser à la capitulation. Ces derniers, loin d'être dupes des velléités, franchement, putschistes de l'opposition, sont, au contraire, bien décidés à les faire échouer ... 

Group content visibility: 
Use group defaults