You are here

Un flou peu artistique

Le flou des prises de position et des déclarations de certaines puissances face aux derniers événements en Libye est inquiétant. La tournure des évènements, elle même, est étonnante: comment les simples manifestations pacifiques d’un peuple qui aspire à la liberté, se sont-elles rapidement transformées en une opposition armée ? D'où

viennent donc les armes de ceux qu'on appelle désormais rebelles et insurgés ? Pourquoi a-t-on attendu si longtemps avant de faire voter la résolution par le conseil de sécurité ? Que veut dire le changement d’attitude face à Kadhafi ? Au départ, c’était « Kadhafi doit partir » du Président Obama et du Secrétaire Général de l’ONU. Ce dernier semble se rétracter et envisage d’envoyer un émissaire au colonel  libyen pour négocier un cessez le feu! Bien étrange et suspecte, aussi la célérité avec laquelle la ligue arabe s’est mise d’accord pour voter sa résolution et demander une interdiction des vols aériens dans le ciel de la Libye. Une résolution qui n’est pas, pourtant, sans rappeler de douloureux souvenirs et peut avoir de lourdes conséquences sur ce pays arabe. Pourquoi a-t-on permis au pouvoir en Libye de reprendre son souffle et de mener une contre-offensive ? Qui l’a soutenu si son armée l’avait trahi ? D’où viennent ces mercenaires dont on parle, qui se battent pour lui ?

Il semble qu’on cherche à pérenniser le conflit et à créer un abcès de fixation en Libye. On ne veut pas de vainqueur, on ne veut pas de vaincu. L’intérêt est évident : encercler les  deux nouvelles révolutions en Tunisie et en Egypte, augmenter leurs difficultés et les faire avorter. Qui en profitera ? Il suffit de revoir qui a voté pour la résolution parmi les pays arabes et à l’ONU.