You are here

Les voisins du Nord et les voisins du Sud

Les voisins du Nord sont en émoi. Ils ont décidé de se réunir, en urgence. Leur chef, Sancoeur leur dit : l’heure est grave, notre demeure est en péril. Nous sommes riches. Nous avons des centaines d’hectares. Nous sommes forts, rusés et astucieux. Nous avons spolié leurs terres, dévié leurs cours d'eau. Mais nos voisins sont nombreux,

jeunes et vigoureux. Pis encore, ils se révoltent contre nous !.  Nos alliés sont en danger et nos intérêts sont menacés. Que devons-nous faire ?
-          « C’est de ta faute ! », Saleviperre, sa femme, répondit.
-          « Si on les avait tous tués, et c’était mon avis, on n’aurait pas eu de problèmes et tout le monde en aurait été ravi ! ».
Sancoeur répondit :
-          « Les tuer ? Oublies-tu qu’on mange de leurs mains et qu’on boit de leurs puits ? Qui nous ramènera l’eau, qui s’occupera du bétail, qui travaillera la terre et en récoltera les fruits ? Oublies-tu qu’ils lavent nos linges et cousent nos habits ? Comment, sans eux, aurais-je pu payer tes colliers,  tes diamants et rubis ?»
 La sœur de Sancoeur, Vilehaineuse, prît la parole, furieuse :
-          « Je ne comprends pas ! Que font-ils donc nos espions, nos sorciers, nos crieurs ? De bons à rien, qu’on paye sur devis ! Comment est-ce possible, ils n’ont rien prédit! »
-           « Ils ont aussi chassé ta tante Corruptine », ricana Librenord, son mari. Ils criaient : « Corruptine, va-t’en, dégage !».
-          Fodevo, l’ami de la famille, ajusta son siège. On comprit qu’il voulait prendre la parole. On l’écouta :   
-          « Ces gens du Sud sont des sauvages », a-t-il dit. « Demandons, en haut lieu, qu’on ferme leurs églises, qu’on tue leur Dieu ! Que leurs chefs, et pour le salut de leurs âmes, soient passés par les armes ! »
-          « Que dis-tu là ! », dit M. De Grofric, le conseiller de la famille. Laissez-moi faire, je connais bien leurs manières, avec quelques monnaies, j’achèterai leurs bannières.

Librenord protesta mais personne ne l’entendit. On félicita Grofric, on loua son génie. On établît à la hâte projets et coopérations, pour mener à bien l’opération.