You are here

Pause politique pour le mois saint

Je ne sais pas, si, comme moi, vous trouvez Ramadan, cette année, un peu particulier. Il y a de la gravité et du souci dans l’air. Après l’euphorie et la confusion de l’année dernière, les tunisiens semblent plus posés et sérieux, cette année. Je ne parle pas des politiques, bien sûr, mais des braves et sensés qui ont gardé la tête bien sur les épaules, qui essayent, en silence, par leur calme e...t leur travail, de résister au vent de folie qui ne cesse de souffler depuis la révolution. Un géant flux agite, en tout sens, des groupes hétéroclites de forcenés, de plus en plus nombreux. Ils ne cessent de sévir pour contrôler quelques circuits porteurs de pouvoir et d’argent. Ils se répandent partout, sur les lieux de travail, dans la rue, les supermarchés et les transports en commun. A chacun son créneau. Ceux de religion, ceux de la démocratie et des libertés et ceux qui font vibrer la fibre patriotique. On peut difficilement les éviter. Ils nous poursuivent partout de leur discours harassant, racoleur, prétendument politique, qui cherche à tuer la raison, le sens de la mesure, et nous éloigner des objectifs, réels, de notre révolution.
Ce ramadan on a besoin de silence et de recueillement. Ce ramadan on a besoin de faire le point. Alors, de grâce, responsables politiques, intellectuels, artistes, activistes de la société civile, journalistes, hommes de loi, religieux, experts et grands savants, donneurs de leçons de tout acabit, taisez-vous ! Profitez de ce mois d’abstinence pour découvrir les vertus du silence et de la réflexion et laissez-nous en paix, vivre, travailler et agir pour le mieux de notre pays. Nous serons beaucoup mieux sans vous !