You are here

Je l'ai vue, la Majorité Silencieuse !

La majorité silencieuse a bon dos. Elle est bien commode puisqu’elle est invisible, muette et inerte. Ceux qui ont préféré se taire, par peur, par sentiment de culpabilité ou par calcul, prétendent aujourd’hui qu’ils en faisaient partie. Ceux qui ont été désavoués, parce qu’ils ont manqué de courage, de fermeté ou de clairvoyance, affirment qu’ils avaient son appui.

La majorité silencieuse existe certainenement. Je l’ai même vue. Oui, en personne. Bien loin de la coupole d'El Menzah. Elle était blottie dans un siège-arrière d’un bus, poussiéreux, qui desservait un quartier populaire de la capitale. Elle dévorait des yeux et des lèvres un livre de quatre sous. Son titre était, écrit sur sa couverture, « Le Secret du Bonheur ».

Je l’ai reconnue, sur le champ. Elle semblait à mille lieus  des débats, si savants, de nos politiques et intellectuels. Elle était là, livrée à elle même, à ses problèmes, ses préoccupations quotidiennes, ses besoins immédiats, urgents. Elle cherchait, désespéremment, une réponse, à la seule question qui l’intéressait : Comment se prémunir contre la misère, l’insécurité et l’injustice ? Comment offrir à sa famille et à ses enfants les soins  et l’éducation nécessaires ; assurer leur droit au travail et à la dignité? Personne n’a daigné lui fournir une réponse. Elle s’était refugiée dans des feuilles de fortune, qui vendent des rêves et des chimères, à bas prix. Elle essayait de remédier à l’absence d’une intelligentsia myope et confuse, qui n’a pas daigné s’intéresser à elle et d’une classe politique trop préoccupée par la défense de ses propres intérêts.

J’étais en face d’elle. Mon journal, titrait, à la Une : « Sursaut Patriotique et Républicain », à propos d’une manifestation de « La Majorité Silencieuse ». Etonnant ! Il ne s’agit certainement pas de la majorité de ma compagne de voyage. Celle-là, elle restera à jamais silencieuse car muselée et négligée. On ne s’intéressera à elle que le jour des élections. On lui distribuera de la farine et du sucre juste la veille du scrutin puis on l’oubliera...

Commentaires