You are here

Une exposition qui fera date...

A quelque chose malheur est bon ! Jamais dans notre pays une exposition d’artistes-peintres n’a suscité autant de réactions ! Jamais dans notre pays des hommes politiques, des journalistes, de simples citoyens ne se sont donné autant de peine pour interpréter une peinture, et essayer de deviner ce qu’elle représente et ce qu’elle peut communiquer comme émotions ou suggérer comme idées et réactions.



Jamais les ambiguïtés du langage esthétique de nos artistes et leurs conséquences dramatiques n’ont été aussi évidentes ! Les derniers évènements ont eu le mérite de révéler l’insupportable aberration des rapports qui existent et ont existé, depuis quelques décennies, entre l’artiste tunisien et l’ensemble de la population. Des rapports caractérisés, et ce n’est qu’un euphémisme, par l’incompréhension et un manque total de communication – de communion –. Beaucoup de méfiance, de mépris et d’arrière-pensées, aussi. Un lourd contentieux s’est amplifié avec le temps, et a abouti à une situation bien étrange, pathologique : Une communauté, méprisée, boudée par ses lumières, ses esprits libres, ses génies, ses créateurs, ses âmes sensibles, qui l’ignorent, ne s’adressent rarement à elle et n’accordent nul intérêt à ses préoccupations, ses peurs, ses angoisses, ses incertitudes, ses aspirations, ses croyances, ses rêves et ses ambitions. Un vide terrible, très pénible pour l’ensemble des citoyens qui ne cachent pas leur ressentiment à l’égard d’une classe d’élite qui a choisi de les snober et d’évoluer à l’ombre des palais, villas luxueuses et galeries obscures, au service des cercles, assez fermés. 

Aujourd’hui l’on s’étonne que la culture artistique de la population soit aussi rudimentaire ! Aujourd’hui l’on s’étonne que l’art soit objet d’un si grand litige entre une population et ses artistes ! Aujourd’hui l’on s’étonne que des œuvres d’art, conçues par des tunisiens pour des tunisiens, prêtent à autant d’équivoques et engendrent, même, des réactions violentes de rejet et d’indignation ! 

Nos artistes vont-ils enfin tirer la leçon qui s’impose des derniers évènements ? Il est urgent, maintenant que l'on œuvre pour une démocratisation de l'art et sa réconciliation avec son public cible, le peuple tunisien dans son intégrité, y compris le citoyen moyen qu'il s'agit d'éduquer et de lui faire aimer l'art